JEAN ET BARBARA AUX ANTILLES A LA VOILE

JEAN  ET BARBARA AUX ANTILLES A LA VOILE
JEAN ET BARBARA AUX ANTILLES A LA VOILE

MARIéE AVEC LA MER

 Florence Arthaud : «Avec ma fille, on est soli­taires à deux»




 
Florence Arthaud :
«Avec ma fille, on est soli­taires à deux»
 
Sa rela­tion fusion­nelle avec sa fille Marie
 
 
 
 
La France entière pleure la petite fian­cée de l’At­lan­tique. Alors que Florence Arthaud vient de perdre tragique­ment la vie sur le tour­nage du jeu Drop­ped en Argen­tine, elle laisse à quai sa fille Marie, 22 ans. Sa raison de vivre.
Elle rêvait à vingt ans d’avoir une tripo­tée d’en­fants, le destin en aura décidé autre­ment. Florence Arthaud, navi­ga­trice aguer­rie, super­star de la voile hexa­go­nale se sera d’abord consa­crée à sa passion, la mer, avant de jeter l’ancre pour la mater­nité. «J’ai eu ma fille tard, je l’ai aimée de façon exclu­sive», confiait-elle dans les colonnes de Gala en 2003. Pour Marie – née en 1993 de son union avec Loïc Lingois -, Florence quitte sa Bretagne pour la douceur de Marseille, «la plus belle rade du monde», selon elle et goûte aux plai­sirs tranquilles d’une rela­tion fusion­nelle. «C’est exac­te­ment la fille qui me fallait, elle n’est pas niai­seuse, elle s’adapte à tout», se réjouis­sait-elle encore en 2005.
 
Pour Marie, la rebelle de la mer a peu à peu changé de cap. Il y a 12 ans, la navi­ga­trice racon­tait déjà sa plus belle histoire d’amour, entre virées en soli­taire de six mois sur la mer, et retours enthou­siastes auprès de sa fille adorée. «Quand je retrouve Marie une fois à terre, je veille à ce que nous parta­gions des instants de qualité. Je prends soin d’elle et réci­proque­ment: elle est très sensible à mes peines et mes joies. C’est une petite fille atten­tive.» Marie, une petite fille très diffé­rente d’elle, «aussi sage et bonne élève à l’école (qu’elle pouvait) être turbu­lente et révol­tée à son âge», qui préfère l’équi­ta­tion à la voile. «Elle ne montre aucune atti­rance parti­cu­lière pour le bateau, préci­sait-elle encore. Elle n’a même pas voulu prendre des cours d’Op­ti­mist.» Un amusant désa­veu pour cette fille de marins, pas fran­che­ment lié au hasard. «Il y a beau­coup de simi­li­tudes entre le cheval et le bateau, expliquait Arthaud au Figaro Maga­zine. Moi-même, je n’ai jamais autant monté à cheval que lorsque j’étais enceinte de Marie.» 
 
Après avoir fait plusieurs fois toute petite le tour du monde dans les valises de sa mère, puis une enfance ponc­tuée d’ab­sences, une instal­la­tion comme des retrou­vailles dans la cité phocéenne, les deux femmes ont appris à vivre seules à deux, à s’ai­mer pour mieux se déta­cher. «Quand j’étais petite, j’ai souf­fert des absences de ma mère. Main­te­nant, j’ai hâte qu’elle s’en aille pour avoir la maison à moi toute seule», confiait Marie, un brin provo­cante à Gala en 2009. Aujourd’­hui âgée de 22 ans, Marie doit faire face à une terrible épreuve: la dispa­ri­tion de sa mère, Florence Arthaud, 57 ans, dans le crash de deux héli­co­ptères lors du tour­nage de l'émis­sion Drop­ped. Contre vents et marées
 
 
 
 
Les doubles obsèques de Florence Arthaud à Paris
Amoureux de la mer et personnalités des médias étaient nombreux ce lundi à rendre un dernier hommage à Florence Arthaud, décédée lors du crash de son hélicoptère lors du tournage de l’émission «Dropped», en Argentine. Ses obsèques avaient lieu en l’église Saint-Séverin de Paris, en présence de Titouan Lamazou, Marc Guillemot, Loïc Lingois, Paul Watson, Yann Queffélec, Georges Pernoud, Eugène Riguidel… La cycliste Jeannine Longo, qui participait elle aussi à l’émission, était présente, tout comme Louis Bodin, qui devait présenter le programme.
Les cendres de Florence Arthaud seront déposées dans la tombe où repose son frère sur l’île de Saint-Marguerite, après un hommage prévu au large de Cannes le 28 avril.


 elle sera inhumée près de son frère au cimetière de l'ile Sainte Marguerite une des deux iles de Lérins en face de Cannes

Après une première cérémonie religieuse le 30 mars dernier à Paris, un autre hommage a été rendu à la navigatrice par sa famille et ses proches dans la baie de Cannes, au large de l’île Saint-Honorat, l’une des îles de Lérins.
Pour l’occasion, près de cinquante bateaux se sont rassemblés pour saluer la mémoire de Florence Arthaud.


Chaque personne présente a jeté une rose blanche à la mer.
Le frère de la navigatrice était ravi par la présence en grand nombre de marins.
‘Je suis ravi : tous ses amis marins étaient là, et aussi tous les marins qu’elle a fait rêver’, s’est réjouit Hubert. ‘Florence aurait aimé cette cérémonie, c’était un moment de partage et d’amour qui s’est déroulé dans la simplicité. C’était un au revoir à Florence, même si elle sera toujours avec nous’.
Une autre cérémonie est prévue en juin dans la stricte intimité familiale au cimetière de l’île de Sainte-Marguerite, où la navigatrice reposera aux côtés de son frère Jean-Marie, décédé en 2001.

Florence Arthaud, enterrée sur une île près de Cannes       

                     

‘Il ne faut pas se mentir, c’est difficile de se reconvertir pour un sportif de haut niveau. Florence avait le projet de faire l’Odyssée des femmes’, confie le frère de la navigatrice, décédée le 10 mars dernier dans un crash aérien survenu en Argentine, où se tournait l’aventure de la première chaine.
‘Et, pour ça, il lui fallait de l’argent avant d’aller voir des sponsors. C’est pour cette raison qu’elle avait accepté de faire Dropped’, précise-t-il.
‘Cela dit, elle a fait le Raid blanc et le Raid Gauloises, et je ne vous cache pas que, le premier soir, quand elle a dormi dans un quatre-étoiles, elle m’a dit qu’elle était très contente d’être avec d’autres sportifs, mais qu’elle était un peu déçue’, assure-t-il.
‘Elle s’était surentraînée et, finalement, il n’y avait aucune difficulté, tout était préparé. C’était de la téléréalité, indique par ailleurs le frère de Florence Arthaud, qui a traîne en justice la maison de production de Dropped, qu’il accuse de négligence.
Les autres membres de la famille vont d’ailleurs se constituer partie civile.
‘Ils ont perdu leur chair, leur enfant pour un jeu de téléréalité qui est mal encadré. Croyez-vous qu’une famille puisse accepter que des gens se prétendent à la hauteur pour organiser ce type d’émission, alors qu’il y a eu des failles au niveau de la sécurité ?’, s’interroge-t-il.

Hommage à Florence Arthaud face à l’île saint honorât (photo)

Un dernier hommage a été rendu à Florence Arthaud dimanche matin dans la baie de Cannes, un mois après avoir perdu la vie dans un crash d’hélicoptère, qui a également coûté la vie à deux autres sportifs, Camille Muffat et Alexis Vastine.

La navigatrice Florence Arthaud morte dans le crash de Dropped en Argentine sera enterrée selon ses dernières volontés : île en Méditerranée, au large de Cannes

Enterrée sur une île près de Cannes après une messe à Paris

Florence Arthaud était très croyante. Ses dernières volontés étaient donc très claires pour ses proches. C’est dans le quotidien Nice-Matin que son frère, Hubert Arthaud,  a dévoilé ce que souhaitait sa sœur : "Il y aura une cérémonie religieuse à Paris parce que Florence était croyante. Ensuite, les proches et la famille suivront ses dernières volontés." Hubert Arthaud a alors précisé les souhaits de la navigatrice : "Elle avait souhaité être inhumée auprès de notre frère [Jean-Marie], aux îles de Lerins, dans le cimetière communal de l’île Sainte-Marguerite."

Le chagrin d'un frère face au décès de Florence Arthaud

Malgré les différents témoignages d’affection et de soutien reçus par la famille après le crash : "Beaucoup de gens qui l’aimaient nous témoignent de leur affection, y compris les réseaux sociaux.", Hubert Arthaud s’est exprimé à nouveau sur la douleur ressentie suite à l’annonce du décès de sa sœur : "Pour nous, c’est terrible. Mon père est décédé il y a trois mois. Mon frère il y a plusieurs années. On a dû couper la télévision et nous isoler un peu." Avant d’ajouter que, revoir les images de la tragédie à la télévision était au dessus de ses forces : "C’était trop dur pour la famille de voir les images d’une personne que l’on aime et que l’on sait décédée."
 

Florence Arthaud était obsédée par la mort de son frère
«J’ai perdu des amis très chers, mais aucune douleur n’égalera celle de la perte de mon frère Jean-Marie », écrit la navigatrice qui a perdu la vie le 9 mars dernier dans un crash aérien qui a fait au total dix morts.
L’accident est survenu en Argentine, où la sportive tournait « Dropped », la nouvelle aventure de TF1 dont le tournage s’est amorcé début mars.
« Jean-Marie a mis fin à ses jours en 2001. Longtemps j’ai refusé de parler à nouveau de cette épreuve. J’ai même hésité à en parler encore dans ces pages », ajoute-t-elle.
« Pendant des années, le seul fait d’avoir à prononcer son nom me nouait la gorge », se souvient la navigatrice.
« Je suis une femme passionnément amoureuse de la vie. Amoureuse de la création. Amoureuse des êtres. L’amour a toujours été mon commencement et ma fin», écrit-elle par ailleurs sur un tout autre registre.
Dans cet ouvrage, Florence Arthaud explique ensuite que son seul vrai compagnon, « c’est la mer ».
« J’ai mené une existence bien remplie, un peu tumultueuse, c’est vrai. Aucun homme ne m’a comblée autant que l’océan ; c’est la mer qui me fait vibrer, l’océan m’emporte. La vie de couple ne m’a jamais fait rêver. J’aime trop ma liberté!».
 

Florence Arthaud, des détails sur son ultime soirée à Paris


La vraie Florence Arthaud est racontée par Elsa Trillat, sa complice depuis trente ans,
 qui se livre dans les colonnes du « JDD ».
Les deux femmes s’étaient rencontrées il y a trente ans à Val d’Isère. La photographe y
était venue faire un reportage sur Richard Anconina.
« Florence était venue skier. On s’est croisées à une soirée. Tout de suite, on s’est marrées
 comme des folles. On a décidé de se revoir. Et c’est devenu comme ma grande sœur.
 Une amitié immédiate. On a voyagé », se rappelle-t-elle.
« Elle m’a emmenée partout avec elle. On avait même projeté d’habiter ensemble.
 On avait commencé à acheter de la vaisselle mauve, notre couleur préférée.
 On était comme ça, des gamines d’une vingtaine d’années, très rigolardes.
On s’épaulait l’une l’autre. J’allais dans sa vie comme elle s’invitait dans la mienne »,
se souvient
 Elsa Trillat, en parlant de son amie qui a perdu la vie
 à l’âge de 57 ans dans un crash aérien.
Leur ultime rencontre remonte au 26 février dernier, la veille du départ de la navigatrice
 en Argentine, où se tournait « Dropped », l’aventure de TF1.
« On avait décidé de déjeuner toutes les trois avec sa fille, Marie. Je les ai rejointes
 au Châlet des Îles, dans le Bois de Boulogne. Ça faisait un moment que je ne l’avais pas vue,
 deux, trois mois peut-être. L’écriture de son livre l’avait accaparée à Marseille.
Pendant ce repas, on a bien rigolé », se rappelle-t-elle.






 

MES AUTRES BLOGS